Culture, Politique, société, Voix

Joe Biden, Darius Rochebin, le deux poids deux mesures des #metoo

Donc, pour des gestes estimés déplacés, pardon, pour des gestes estimés relever de harcèlement sexuel, on va se plaindre à la direction d’une entreprise qui ferme les yeux.

Et des années plus tard, car à lire les témoignages des victimes de ces « harcèlements sexuels », ils ne dateraient pas d’hier ni d’avant-hier, des années plus tard donc, on trouve le bon journaliste qui en traitera.

Et ce « bon journaliste », après une enquête qu’il aurait menée durant des mois, trouve un bon journal qui la publie.

Ouf, l’honneur de la profession est sauf!

Qui sait, peut-être que, fiers de leur succès, ces bons journalistes se risqueront sur la piste d’un homme « connu pour être tactile avec les femmes » !

Oui, selon cet article dont le lien est indiqué en bleu ci-dessus, Joe Biden aurait aussi été accusé de harcèlement sexuel, tout comme Darius Rochebin.

Alors?

Alors, soit on lutte contre le harcèlement sexuel soit pas.

Car se féliciter de l’élection d’un homme « connu pour être tactile avec les femmes » et se féliciter de la chute d’un autre sans le moindre début de procès, cherchez la logique!

Que Darius Rochebin soit jugé coupable des comportements incriminés par autant de témoins dont on ignore l’identité, est-ce la justice d’aujourd’hui?

Qu’elle s’exerce de manière cohérente, dans ce cas!

Un talentueux journaliste voit sa carrière brisée au nom de #metoo, un nouveau Président des Etats-Unis vient d’être élu dans l’amnésie de #metoo.

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

Sans commentaires

Laisser un commentaire