Politique, société, Voix

Darius, « Le Temps », « LCI »

Peu avant le scénario états-uniens qui n’en finit pas de ménager son issue, un autre scénario s’est invité par l’entremise d’un grand quotidien suisse dit de référence.

Ce scenario a visé la tête d’un journaliste.

Je veux parler, ici, de l’ancien présentateur vedette du téléjournal de la Radio Télévision Suisse, devenu présentateur d’un journal à son nom sur LCI, le 20 heures de Darius Rochebin.

Or selon cette information livrée par PureMedias et reprise par Le Parisien ici, le groupe privé français négocierait la sortie du journaliste.

Mais officieusement, est-il écrit, le retour de Darius au sein du groupe ne serait déjà plus d’actualité.

Le Temps peut s’estimer fier des résultats de son « enquête ».

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

1 commentaire

  • Reply Citoyen outré 8 novembre 2020 at 08h05

    Si Darius Rochebin est coupable de ce qu’on lui reproche, c’est inexcusable et il doit être jugé, voire condamné. Mais par un tribunal, et personne d’autre. Et rien, hormis des recours éventuels qui ne manqueront pas, ne sauront le disculper.
    « Le Temps » porte la responsabilité de livrer en pâture un journaliste talentueux et reconnu, non pas un citoyen « lambda ».
    C’est du journaliste pur jus, à l’affût du moindre évènement sensationnel et donc vendeur, au moment où ce journal à la peine depuis des années, vient de se faire racheter (au hasard, coïncidence ? je l’ignore).
    A la décharge du même quotidien, qui dit enquêter depuis des années, on peut comprendre, qu’exaspéré, par le silence assourdissant de la RTS (commun par ces temps, parce que tellement fréquent, dans d’autres domaines), il ait décidé en temps, en personne et en circonstances choisies de livrer son article.
    Ce n’est pas à son honneur, sans disculper, nullement l’intéressé.
    A mon avis, le principal responsable est la RTS, dans la mesure où tout porte à croire que toute la Tour était au courant. Et dans la culture de cette entreprise, l’ignorance voulue est sacrée.
    Un homme vraisemblablement coupable de comportement déplacé à orientation sexuelle est tombé, les bourreaux du coupable doivent aussi tomber. Ils sont, de par leur fonction, également coupables.

  • Laisser un commentaire