Politique, société, Voix

Vote utile … ou désenchanté

Genève s’apprête à élire un Conseiller d’Etat en remplacement de celui, démissionnaire qui se présente à sa propre succession. Pareil cas de figure est plutôt inédit et suscite autant de passion que d’intérêt, de désintérêt ou de dégoût.

C’est le résultat du premier tour de scrutin qui a placé le candidat démissionnaire en deuxième position qui a créé la surprise davantage que le fait qu’il n’ait pas renoncé à se présenter à l’élection.

Car d’aucuns lui donnaient peu sinon aucune chance de victoire dès lors que son propre parti l’avait évincé de ses rangs et qu’un jugement venait d’être rendu à son encontre qui le condamnait dans le cadre d’une affaire d’ordre pénal.

Certes, il a fait appel, certes, il avait le droit de présenter sa candidature à cette élection.

Il n’en demeure pas moins que ses partisans et ses détracteurs s’époumonent à prouver au public que les agissements de l’homme doivent le porter au pouvoir ou au contraire, l’en exclure à tout jamais si possible.

Elire un menteur, un abuseur ou un surdoué de la politique victime de l’acharnement de ses pairs est à peu près le choix qui se présente à l’électrice ou à l’électeur qui ne voterait pas sa concurrente, arrivée devant lui au premier tour de l’élection.

Pour qui souhaiterait agir au mieux des intérêts du canton, est brandi le « vote utile ». Or comme il est revendiqué autant pour l’un que pour l’autre des deux candidats, on mesure le degré d’enthousiasme que suscite cette élection.

Bien sûr qu’en politique, on connaît ces situations qui obligent l’électorat à devoir choisir par exclusion sinon entre peste et choléra. Or c’est précisément le fait d’en arriver là, à ce genre d’alternative, qui devrait interroger!

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

Sans commentaires

Laisser un commentaire