Culture, Economie, Histoire, Politique, société, Voix

La mort du coeur en plein Paris.

Vous avez sans doute appris comment le photographe suisse René Robert est mort à Paris, après une chute sur un trottoir.

Il était environ 21:30, selon ce qui nous est rapporté, il se promenait comme chaque soir et a chuté sans plus parvenir à se relever. Personne ne lui a prêté la moindre attention.

Et qui, à l’aube, a appelé les secours? Un SDF.

En d’autres termes, soit la rue de Turbigo -située au centre de Paris- était vide lorsque l’homme de 85 ans est tombé, soit on est passé à côté de lui dans l’indifférence la plus absolue.

Une société dans laquelle seul un SDF réagit au sort adverse d’un être humain? Oui, c’est possible, la preuve!

Le froid qui a envahi le photographe suisse jusqu’à le tuer est celui de coeurs détournés du sentiment. Le froid qui a été observé dans la nuit du 19 au 20 janvier est celui d’une météo de saison.

Ce conte d’un nuit d’hiver honore l’humanité du SDF qui a secouru René Robert.

Et révèle la légèreté de tant de valeurs revendiquées par une société qui n’en peut plus de donner des leçons de « droits humains » à d’autres et de les juger.

En l’occurrence, c’est un des siens qu’elle a condamné à mort.

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

Sans commentaires

Laisser un commentaire