Culture, Histoire, Politique, société, Voix

Liberté d’expression…

Vous entendez ou lisez souvent que la liberté de parole, en Russie, serait quasi absente.

Pour peu qu’on ose prétendre que ce n’est pas plus ni moins le cas que chez nous où nous serions si libres de nous exprimer que l’on n’entend que les voix qui conviennent, on est aussitôt traité de « Pro-Poutine ».

Cela, vous le savez, vous qui suivez ce blog.

D’abord, il a été évincé de la Tribune de Genève, ensuite, il s’est retrouvé cité dans un ouvrage dénonçant « Les Réseaux du Kremlin en France », enfin, depuis 8 ans, alors qu’il suscitait encore l’intérêt de la RTS, il en est soigneusement écarté.

Alors je ne sais pas mais pour ce qui est de la liberté d’expression, on m’expliquera…

Car si ce qui est publié ici est considéré comme « propagande » du Kremlin, au mieux, le regard qui est porté sur mes propos est torve, au pire, malveillant.

Dans un prochain sujet, je reviendrai sur une enquête qui a été réalisée à Alapajevsk, ville de l’Oural située non loin de  Iekaterinbourg où, le 17 juillet 1918, la famille de l’empereur Nicolas II a été assassinée.

Vous découvrirez alors comment les événements en Ukraine sont appréhendés par les citoyens de cette ville.

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

10 Commentaires

  • Reply Alexander 16 mars 2022 at 16h49

    S’agissant de la démocratie en Russie, nous ne sommes plus en URSS. Encore faudrait-il connaître et comprendre la Russie pour pouvoir discuter avec elle. La société russe est plus diversifiée que ne le reflète l’image qu’en donnent les médias officiels. Un certain conformisme politique n’empêche pas que s’expriment des revendications. Un conservatisme patriotique coexiste avec des traits postmodernes. Le pays oscille entre désir d’ouverture et repli sur soi. C’est un fait.

    • Reply Hélène Richard-Favre 16 mars 2022 at 21h02

      Tout à fait et c’est ce qu’ignorent bien de ces Occidentaux qui commentent…Et qui sont si sûrs d’eux que toute tentative de leur faire comprendre une réalité qui leur échappe est assez vite à considérer comme vaine…

  • Reply Daniel 16 mars 2022 at 21h20

    « Le pays oscille entre désir d’ouverture et repli sur soi.  »

    Excusez-moi, mais il ne s’agit à mon avis pas de ça. Mais alors pas du tout. Le « désir d’ouverture », c’est le pillage des ressources au profit des compagnies occidentales détenues par des oligarques occidentaux. Le « repli sur soi », c’est de l’occidentalo-centrisme pur et simple. La Russie veut des rapports d’égalité et de respect, comme avec l’Iran et la Chine. Et que l’Occident prédateur refuse, car il veut piller comme il le fait depuis 500 ans. Maintenant il faudrait peut-être écouté le président de la Fédération de Russie:

    « Je ne condamne pas du tout ceux qui ont une villa à Miami ou sur la côte d’Azur et qui ne peuvent se passerde foie gras, d’huîtres ou de la soi.disant liberté de genre.
    Ce n’est absolument pas le problème. Le problèvme, je le répète, est que beaucoup de ces personnes sont mentalement là-bas et pas ici, avec notre peuple, ils ne sont pas avec la Russie. Et cela , à leurs yeux, est un signe d’appartenance à la caste supérieure, à la race supérieure. Des gens comme ça peuvent vendre leur mère, juste pour avoir le droit de s’asseoir dans le hall de la même caste supérieure. Et ils veulent être comme elle, l’imiter en tout point. »

    Sur un point je ne suis pas d’accord: ces oligarques sont aussi un problème, car ils pillent la Russie, détournent des sommes monstrent qui appartiennent au peuple russe, et l’investissent à l’étranger au lieu de l’investir en Russie. Ce sont des corrompus, ce que Poutine explique à sa manière. Et des traîtres.

    • Reply Alexander 17 mars 2022 at 09h04

      Votre analyse mérite d’être connue. Sur le fond, je partage vos points de vue concernant l’épisode récent du braconnage économique (des biens publics russes) par les oligarques en collusion avec des grands groupes occidentaux…
      Cependant, il y a ce fait d’une Russie qui traverse les siècles et qui reprend vigueur depuis la fin de l’URSS. Elle oscille entre l’ouverture sur le monde tel que l’occident (l’anglosphère) l’a façonnée depuis cinq siècles et la spiritualité millénaire de la Russie – Cette indissociable identité nationale russe avec l’orthodoxie.
      En Europe occidentale nous sommes dans une phase de l’histoire qui est en train de se mondialiser et où ni la religion ni la morale laïque ne structurent plus la vie des sociétés…
      Il incombe aux Russes de maintenir en vie ce qui reste de l’histoire et de la culture « des peuples du monde » en imposant un nouvel ordre international contre la quasi permanente sauvagerie destructrice du monde par l’anglosphère. La guerre en Ukraine dépasse ses frontières. Nous assistons en ce moment à une guerre à mort entre le globalisme atlantiste contre une Russie souveraine… Tel est désormais leur fardeau – le fardeau de l’homme russe. (Cfr les discours de Poutine à Davos 2021 et celui du 21 avril 2021 exprimant la référence culturelle).

  • Reply Daniel 17 mars 2022 at 00h26

    Il est toujours recommandé de lire ce que dit le président de la Fédération de Russie. Tout est expliqué. Après personne ne pourra dire qu’il n’est pas un « gentil nounours ».
    https://vk.com/@580896205-putins-must-read-speech-prior-to-the-meeting-on-measures-of

  • Reply OL 17 mars 2022 at 16h26

    Madame Richard-Favre, vous oubliez, je crois, de mentionner l’épisode récent de la Maison Rousseau. Je me permets d’insister pour ne pas oublier cet épisode de conformisme stupéfiant de leur part !

    • Reply Hélène Richard-Favre 17 mars 2022 at 16h43

      OL, c’est vrai et j’y ai pensé après coup, une fois le sujet publié.

      Y revenir avec ce que j’ai appris de la suite, je n’en suis pas certaine.

      Cela dit, il aurait été intéressant de connaître la réaction de Jean-Jacques Rousseau mais a-t’il seulement suivi l’épisode, de là où il repose..?

    Laisser un commentaire