Politique, société

A quelques heures du grand débat de ce 3 mai au soir

Face au choix qui s’impose aux Françaises et aux Français, une des questions qui divise encore et encore est celle de l’abstention et/ou du vote blanc.
Les deux diffèrent, il en a été question ici.
Si pour nombre d’entre nous, voter Marine Le Pen reste difficile sinon impossible, se reporter sur Emmanuel Macron pour ne pas se défausser ou partir à la pêche ce 7 mai prochain, reste tout aussi difficile sinon impossible.
Alors?
Attende le grand débat de soir pour se décider? Suivre ce qui s’énonce par les un(e)s et les autres, tant dans les médias que sur les réseaux sociaux? Discuter, interroger, trancher si l’on y parvient?
Un argument en faveur de la décision à prendre de ne pas s’abstenir ni de voter blanc est celui de l’importance à accorder à ce qui tient le plus à coeur de voir se réaliser.
Cette stratégie est louable pour autant que la confiance à accorder à une candidate ou un autre soit concevable. Or les zones d’ombre demeurent de part et d’autre de ce qui s’offre à l’électrice et à l’électeur.
On le sait, dans le cadre de cette campagne présidentielle française, la Russie et ses sites d’information sont souvent visés.
Or cette interview publiée, précisément sur l’un de ces médias tant discutés sinon conspués mérite réflexion.

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

Sans commentaires

Laisser un commentaire