Culture, Economie, Histoire, Politique, société, Voix

Donbass, huit ans de guerre non médiatisée et des victimes civiles jamais dénoncées

Huit ans de guerre dans le Donbass, car il faut le dire, les tirs des deux camps, celui de Kiev et celui des républiques séparatistes n’ont jamais cessé.

Huit ans de guerre dans le Donbass et autant de spécialistes invités à s’exprimer dans les médias pour nous expliquer qui en porte la responsabilité.

Huit ans de guerre dans le Donbass dont se sont détournés tant de celles et ceux qui, désormais, n’ont de cesse d’en parler.

Pour en dire quoi? Tout et n’importe quoi car personne ne s’est jamais penché sur le sort des populations russophones du Sud-Est de l’Ukraine.

Retrouvées du jour au lendemain sous le coup d’un décret ne reconnaissant plus leur langue comme nationale. Retrouvées du jour au lendemain menacées dans leur identité profonde de russophone.

Je le redemande ici, quel Suisse serait content de devoir soudain parler un seul des 4 idiomes reconnus jusque là et, de fait, de devoir oublier sa langue maternelle comme langue officielle du pays?

Mais qui le mentionne encore, ce fait, pourtant publié par Le Monde dans son édition du 25 février 2014?

C’est si simple d’accuser sans savoir. C’est si simple de relayer des slogans qui devraient frapper les esprits. C’est avant tout cautionner des crime de guerre.

Car oui, des civils sont morts en masse dans le Donbass. Dans le silence le plus absolu de nos démocraties si soucieuses de droits humains.

 

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

5 Commentaires

  • Reply Daniel 19 février 2022 at 15h28

    « Tout et n’importe quoi car personne ne s’est jamais penché sur le sort des populations russophones du Sud-Est de l’Ukraine. »

    Bien évidemment PUISQUE ce sont des Russes. Or les Russes sont tous des agresseurs, des staliniens, n’est-ce pas? Il faut pouvoir s’en débarrasser pour pouvoir aller piller les ressources de l’immense territoire russe. Avant la guerre et pour que la guerre puisse se faire, il faut conditionner l’opinion publique occidentale en montrant qui sont les gentils, les « démocrates », ceux qui respectent les « droits humains » et qui en fait foulent au pied la démocratie et la volonté librement exprimée de deux peuples Nouveaux Russes de devenir indépendant. Et il faut montrer qui sont les vilains agresseurs (au passage on oublie le coup d’Etat de 2014, on oublie le soutien aux néo-nazis), qui est ce dictateur digne successeur tout à la fois d’Hitler et de Staline, alors même que la Russie est dans une position strictement défensive. Quant aux droits humains, il est clair que la livraison par l’occident d’armes mortelles à l’Ukraine c’est bien évidemment dans le but de renforcer ces « droits ».

    J’accuse nombre de pseudo-journalistes, mais vrais propagandistes de l’impérialisme, de favoriser la guerre par leur prise de position haineuse contre les Russes. Une nouvelle forme de racisme.

  • Reply M. Cécile Sifantus 19 février 2022 at 18h46

    Excellent.

    • Reply Hélène Richard-Favre 19 février 2022 at 19h06

      Merci d’avoir pris la peine de venir commenter directement sur le blog, Cécile!

  • Reply SolonVous 26 février 2022 at 19h18

    Gratitude pour cette flagrante preuve de l’impérialisme financier face aux « peuples » qui n’acceptent légitimement pas leur dissolution. Avec les Russes, on ne joue pas avec leur identité, sinon on risque de prendre cher… ou qu’ils nous libèrent aussi…

  • Laisser un commentaire