Culture, Politique, société

La femme, son corps et la politique selon cette féministe

C’est politique parce que les femmes demandent justice, elles remettent en cause un rapport de force. C’est cela le politique, c’est quand un groupe d’opprimés dit : « Ça suffit » (…) la peur, en plus de la honte, a changé de camp. Ainsi s’exprime la philosophe et historienne Geneviève Fraisse dans le cadre d’une interview qu’elle accorde en relation avec l’affaire Weinstein.
Et de poursuivre, affirmative, Tout le monde est concerné.
Non, Madame, tout le monde n’est pas concerné ou du moins ne se sent pas concerné comme vous l’entendez. Et c’est tant mieux. Car tous les hommes ne sont de loin pas des prédateurs. Pas davantage les femmes ne sont-elles de blanches colombes.
La déferlante de balances sur les réseaux sociaux charrie un nombre invraisemblable de cas auxquels sont mêlés de manière indistincte, maux et mots abusifs.
Mais voici qu’en conclusion de l’interview,la philosophe et historienne précise, le formel ne fait pas le réel, les lois ne changent pas le quotidien. Elles l’aident, mais ne le changent pas. Aujourd’hui c’est la question du corps des femmes qui est au cœur des débats, qui est politique. Et c’est tout l’imaginaire collectif autour du corps des femmes qu’il faut changer. Pour cela, il va falloir être inventif.
Devrait-on bousculer autant d’images du corps de la femme qui ravissent et enchantent? L’homme sait aussi rêver et admirer sans agresser, sans violer.
A eux, ce tango…

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

Sans commentaires

Laisser un commentaire