Culture, Histoire, Politique, société, Voix

Sous nos latitudes démocratiques…

Que cela soit sous forme littéraire ou pour ce blog, écrire est depuis de nombreuses années, pour moi, une seconde nature.

Qu’on l’apprécie ou non, rien de plus normal, les goûts et les couleurs…

Mais que mon parcours littéraire soit reconnu en Russie, entre autre, intrigue dans le meilleur des cas, me rend très suspecte sinon.

Il se trouve qu’un participant à la présentation de l’un de mes recueils de nouvelles, ce 17 septembre, a mentionné les constantes rééditions de mes livres en Russie.

Et de souligner que dans ce pays, seuls les grands classiques sont publiés en édition bilingue.

Il se reconnaîtra, sensible à ses remarques, je l’ai remercié tant je suis plutôt habituée à devoir me justifier au vu de ce qui circule en boucle sur la Russie, de plus en plus souvent ramenée à son seul Président.

En février dernier, j’ai découvert comment le droit de s’exprimer s’appliquait dans mon pays quand mon blog a été brutalement fermé par le groupe de presse qui l’accueillait.

Voici que sept mois plus tard, j’expérimente à nouveau la liberté d’expression selon la définition qu’en ont certains journalistes suisses qui forment un groupe sur Facebook.

J’en étais devenue membre, j’en suis désormais exclue, mieux, je n’y ai carrément plus aucun accès.

Je ne suis pas journaliste, ma formation en Lettres m’a amenée à étudier les littératures russe, allemande et française avant de me spécialiser en analyse de discours et en épistémologie de la linguistique.

J’ai mené des travaux de recherche dans cette discipline et enseigné dans différents établissements à Genève et à l’Université de Turin au préalable.

Il semble néanmoins que ce parcours professionnel ait contribué à me rendre « conspirationniste ».

C’est en effet ainsi que j’ai été perçue dans ce milieu médiatique helvète si tolérant qu’il recourt aux mêmes méthodes que celles qu’il n’hésite jamais à fustiger lorsqu’elles concernent d’autres pays.

Le sens du débat contradictoire, dans cette très savante mouvance, s’exerce de telle manière que le couperet tombe sur toute tête qui menace son confort ou sa paresse intellectuel(le), à choix.

Et cela s’appelle liberté d’expression, et cela se vit sous nos latitudes démocratiques.

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

4 Commentaires

  • Reply Curchod Alain 22 septembre 2020 at 12h13

    A une autre époque on parlait d’ostracisme….
    Curieux mais inquiétant ensemble d’éléments qui, tous et chaque fois, vous renvoient à cette fameuse «dépendance » que l’on vous attribue face à la Russie en général et à son « tsar » – au sens infiniment sympathique et justifié – en particulier.
    Si je devais vous suggérer une attitude – ce qu’à Dieu ne plaise – je vous encouragerais à ne rien lâcher de ce qui fait vos convictions profondes et votre « passion » pour la Russie et son peuple, car il serait dommage qu’une voix se taise – ou s’édulcore – pour convenir aux critiques de certains.

    • Reply Hélène Richard-Favre 22 septembre 2020 at 12h35

      Merci beaucoup de vos mots et de vos encouragements, Alain Curchod!

      J’apprécie tout particulièrement la conclusion de votre propos qui illustre si bien ces girouettes qui, pour plaire à un pouvoir en place, s’y plient pour aussitôt tout en oublier et se soumettre à un autre.
      Nombre de personnalités du monde de la culture se sont comportées et se comportent ainsi, pour se ménager privilèges et audience ignorante de leur passé ou, à leur image, opportuniste.

  • Reply Alain Curchod 24 septembre 2020 at 13h06

    Je mesure la validité de mes idées à la colère qu’elles suscitent (Sénèque)

    • Reply Hélène Richard-Favre 24 septembre 2020 at 13h08

      Excellent Sénèque, merci du rappel, Alain Curchod!

    Laisser un commentaire