Explorez les mots-clés

confinement

Economie, Politique, société, Voix

Une pensée et bien davantage encore aux marins oubliés

Certes, on a une idée de ce qu’est le monde de la mer, celui des marins s’entend.

Mais mesure-t-on toujours combien de professions il compte, de nations il concerne, de trafic il génère, de pénibilité et de contraintes acceptées autant qu’imposées il implique?

Dans un article publié par Le Monde, on lit ce qu’endurent des dizaines de milliers de marins frappés par les mesures sanitaires prises pour lutter contre la Covid-19.

Et nombre d’entre eux se sentent à juste titre les grands oubliés de l’histoire.

Quand, en effet, des applaudissements ont commencé à retentir dans divers pays pour saluer l’engagement de qui était reconnu  indispensable à la vie quotidienne, les marins ne figuraient pas dans la liste.

Et pourtant, leur apport est aussi vital que celui des personnes remerciées chaque soir.

Vienne au plus tôt le temps où autant de ceux toujours bloqués ici ou là et privés de l’essentiel qui rend une vie moins rude, soient enfin entendus!

Car comme le rappelle le président de l’Association française des capitaines de navires, on a surtout parlé des touristes de bateaux de croisière et de l’équipage du « Charles-de-Gaulle », bien moins sinon pas du tout du reste de ceux qui naviguent.

Culture, Economie, Politique, société, Voix

Covid-19, essai de deuxième synthèse

Ici et là, commencent à s’énoncer les appréciations de la période que nous venons de traverser en relation avec un virus dont on espère bien, un jour, savoir si les effets ont été tels que ceux qui ont justifié les mesures sanitaires décrétées par nos gouvernements.

On trouve ainsi divers points de vue d’ordre général et plutôt philosophique mais autant d’autres témoignages de personnes qui ont été concernées au premier plan et mobilisées en permanence.

Le personnel hospitalier, par exemple, qui peine à se remettre de ce qui a constitué son quotidien.

Les nombreux autres travailleurs et travailleuses, acclamé(e)s  pour leur labeur  « essentiel à la nation » et aussitôt retombé(e)s dans l’oubli.

Certes, des primes ont été versées. Mais ensuite?

Ensuite, réfléchir à ce qu’est un Etat, à ce qu’est une société, à ce que sont les multiples professions et métiers qui s’y exercent, à ce qu’est l’industrie d’un pays, par exemple.

Car c’est bien là que le bât a beaucoup blessé.

Lorsque s’est affichée aux yeux de toutes et de tous, l’extrême dépendance à la Chine, pour ne parler que d’elle, dans laquelle nos gouvernements ont placés nos pays.

Au seul profit de bénéfices à engranger? Lesquels, on est en train de les apprécier…

Economie, Politique, société, Voix

Un virus et des politiques de pestiféré(e)s

Ce qu’on a vécu comme une crise mondiale a tenu à un virus et autant à ce qui s’est mis en place comme politiques de santé.

Et parmi elles, celles qui ont visé nos anciens demeurent à l’heure qu’il est encore discutables tant nombre d’entre eux sont tombés comme des mouches.

Au prétexte de les voir contaminer ou d’être contaminés par leurs descendants, on les a enfermés plus encore qu’ils ne l’étaient déjà.

Quelle immense tristesse ont-ils dû ressentir et quelle envie de vivre encore et malgré tout les ont-elles animés, seul(e)s celles et ceux qui ont survécu en témoigneront.

Pour toutes et tous les autres, l’absence de proches à leurs côtés aura eu raison de leurs attentes, de leurs espoirs, de leurs souffrances, atteint(e)s ou non par la Covid-19.

La mort a emporté nombre de nos aînés, on le sait. Mais combien ont-ils succombé au virus, combien au sentiment d’abandon?

Au prétexte de les protéger alors qu’au sein même des institutions qui les hébergeaient ont été d’emblée signalées les carences en matériel indispensable au respect de l’hygiène, on y aura ajouté la privation d’êtres chers.

Alors oui, virus il y a bien eu et y aura peut-être encore.

Mais cruauté envers des êtres parqués dans des foyers à eux seuls réservés aussi. Car les conditions même de leur hébergement ont bien moins été pointées que les visites de leurs proches!

Paix à leurs âmes et puissent-elles reposer désormais loin de tourments à venir encore!

 

Culture, Economie, Histoire, Politique, société, Voix

8 et 9 mai 2020, Mémoire et Histoire en marche

Un 8 mai confiné, qui l’aurait seulement imaginé? Et tout autant pour le 9 mai, demain en Russie?

Célébrer une victoire dans les conditions imposées par nombre de gouvernements de pays soucieux de préserver leurs citoyennes et leurs citoyens autant que leurs systèmes de santé respectifs est une première.

Qui sait si, dans 75 ans, pareilles célébrations n’auront pas, elles aussi, valeur mémorielle?

Après tout, la propension à rappeler tel et tel événement pourrait tout aussi bien inclure ce confinement obligé et son cortège de conséquences. Nombre d’entre elles demeurent encore inconnues.

Tout autant ce qui entoure le Covid-19 dont la principale idée qu’on aura pu s’en faire est la controverse qu’il aura générée à de très nombreux égards.

Que vive la Mémoire, que vive l’Histoire et que soit, enfin, salué le déconfinement!

Economie, Politique, société, Voix

Mikhaïl Michoustine, Premier ministre russe, déclare être positif au COVID-19

Sur la liberté dont il est souvent énoncé qu’elle serait l’otage du confinement, elle l’est, en effet. Tout comme l’est celle que la maladie ôte à la personne jusque là valide, on paraît trop souvent l’oublier!

De solution miracle, il n’y en a point. De l’erreur, la sagesse nous la dit humaine. Dans ce cas, entre le risque de contracter le virus et celui de limiter l’ampleur de son action, des choix ont été opérés.

Qu’ils soient motivés par telle ou telle visée dénoncée ici et là court la rumeur.

Mais à un point tel qu’on en arrive à faire parler d’anciens du GRU, la direction générale des renseignements de l’État-Major des Forces Armées de la Fédération de Russie.

Intoxe ou pas, l’info circule pour dire que la pandémie ne serait qu’un « mensonge ».

Pendant ce temps-là, on apprend que le Premier ministre russe a été testé positif comme l’indique la capture d’écran qui illustre ce sujet.

Nier les attaques du Covid-19 n’y changera rien, il se moque de ce qu’on dit et pense de lui. Il sévit et même au coeur du pouvoir.

 

 

 

Culture, Economie, Politique, Religions, société, Voix

En cette veille de semi-déconfinement helvète

Vous l’aurez constaté, un nombre impressionnant d’experts et de spécialises commentent ce que nous vivons depuis que le coronavirus a pris possession de nos vies pour en décider du rythme, du sursis ou du terme.

Ils sont invités à faire part de leurs travaux et, on l’a remarqué, les résultats s’avèrent souvent aléatoires et contradictoires. Mais c’est la norme, dans la recherche scientifique et c’est aussi bien ainsi.

Sauf que d’aucuns seraient plutôt enclins à l’absolu de solutions-miracles. Les voici, de fait, nous déclarer tout ce qu’ils savent alors que tant d’autres tâtonnent.

A autant de leurs lumières s’ajoutent les éclairages de philosophes qui, en un temps record de maturation, nous présentent déjà le fruit de leurs très profondes réflexions.

Et pour couronner le tout, sans mauvais jeu de mots et de maux en lien avec la couronne caractéristique du virus, les moralistes alignent les poncifs que leur inspire la crise qui frappe la planète entière.

Ainsi se conjuguent les approches des uns et des autres pour venir au chevet d’un mal dont on ignore à peu près tout sinon qu’il frappe et tue à l’improviste.

A autant de victimes et de combattant(e)s qui luttent, vont mes pensées en cette veille de semi-déconfinement helvète.

Culture, Economie, Histoire, Politique, société, Voix

COVID-19, crise et réflexions

En cette période si singulière de notre Histoire collective, les initiatives en tous genres se multiplient. Tout autant les réactions, les interprétations et les polémiques.

On ne change pas la nature humaine aussi vite et une crise, bien au contraire, ne fait que la révéler.

Imaginer qu’il y aurait un « avant » et un « après » la pandémie qui nous atteint, est tout aussi probable que non.

Probable, oui, au plan purement factuel.

Les familles endeuillées, les familles endettées, les familles déchirées, décomposées ou recomposées pour l’occasion.

Mais au plan plus généralement humain, pensez-vous vraiment qu’un changement s’observera? A suivre….

Cela dit, on prône le confinement, il a d’évidents avantages à ne surtout et en rien minimiser. Il a malheureusement et aussi ses inconvénients.

Un triste exemple vient de le démontrer, une femme est décédée, en proie à la violence de l’homme contraint, sans doute, à partager avec elle la surface d’un appartement.

Cela s’est passé à Genève, dans un quartier dit « aisé », cela risque de toucher n’importe quelle ville et n’importe quelle quartier si ce n’est déjà le cas.

Mais voilà, le souci du moindre risque, salutaire en l’occurrence vu la rapidité avec laquelle le COVID-19 se propage, ce souci ne peut tout.

Rien ne peut jamais tout.

Mais face à la perspective morbide, ne seraient-ce que les rayons dévastés des magasins d’alimentation l’ont largement prouvé déjà, on se précipite sur ce qui apparaît comme gage de  survie.

On agresse qui menace. Car se montrer solidaire, l’entend qui le veut bien.