Culture, Economie, Histoire, Politique, société, Voix

Continuer de parler d’une guerre qui clive…

Aucune guerre n’est propre, aucune guerre ne se livre sans que ne coule le sang, sans que l’exil ne s’y ajoute, sans que la destruction massive ne s’en mêle. Ces évidences rappelées, je remercie toutes celles et ceux qui ont su saisir le sens de mon approche.

Elle n’est pas de soutenir un camp pour en rejeter un autre. Elle est de refuser la diabolisation de la Russie.

Elle est d’afficher mon amour de ce pays qui n’a pas changé d’un iota depuis l’âge de 15 ans où l’envie d’en apprendre la langue m’a déterminée à m’inscrire à la faculté des Lettres de l’Université de Genève pour en étudier la culture et l’Histoire.

C’était en 1972, oui, je suis consciente de me répéter et c’est à dessein que je m’y emploie.

Parce que le zèle avec lequel la plus grande partie de nos élites politico-médiatico-intellectuelles se positionne pour soutenir un pays contre l’autre, en l’occurrence, l’Ukraine contre la Russie, relève du parti pris quand ce n’est pas de l’ignorance ou de la malhonnêteté.

Car j’aimerais qu’on m’explique comment des victimes du nazisme peuvent fermer les yeux sur le fait que l’une des principales artères de Kiev ait été rebaptisée en 2016 du nom de Stepan Bandera. Savez-vous qui est cet homme? A en croire le quotidien 20 minutes, François Asselineau l’aurait expliqué.

Et alors, le journal de se fendre d’un appel à la prudence… A chacune et à chacun de vous d’en conclure ce qui vous convient d’autant de contorsions pour nous faire passer une réalité qui, comment dire, ne devrait pas déranger plus que cela.

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

9 Commentaires

  • Reply Robert Roudet 7 mars 2022 at 17h48

    Nos intellectuels ou pseudo-intellectuels occidentaux si extraordinairement tatillon quand ils soupçonnent la moindre ombre de sympathie chez X ou Y pour le régime hitlérien préfèrent, semble-t-il, fermer les yeux quand il s’agit de l’Ukraine. Une avenue Pétain (pourtant plus respectable que Bandera) les ferait hurler…

    • Reply Hélène Richard-Favre 7 mars 2022 at 20h27

      Eh oui, Robert Roudet, des Raphaël Glucksmann ou Bernard-Henri Lévy, pour ne citer que ces deux personnages emblématiques et toujours aux aguets, paraissent bien muets face à ce fait…

  • Reply Robert Roudet 7 mars 2022 at 18h25

    Deux poids, deux mesures: la moindre sympathie pour le régime de Vichy fait hurler nos intellectuels, mais pour l’Ukraine, ce n’est pas pareil, on peut honorer des gens comme Bandera. Que diriez vous messieurs les fonctionnaires européens de baptiser la place de Bruxelles « place Léon Degrelle »?

    • Reply Hélène Richard-Favre 7 mars 2022 at 20h30

      …ce serait intéressant de le leur demander! Mais peut-être que, comme la spécialiste de référence citée dans l’article de « 20 minutes », ces gens trouveront l’explication ad hoc pour justifier le nom de cette avenue…

  • Reply Daniel 7 mars 2022 at 20h16

    On peut compter sur Oliver Stone pour une approche historique non partisane.

    Ces deux documentaires sont bannis de youtube et ne passeront jamais sur les chaînes occidentales. Les citoyens ne doivent rien savoir de l’histoire de l’Ukraine et de ses liens avec la Russie pour ne pas comprendre le présent et gober la propagande occidentale.
    https://www.veteranstoday.com/2022/03/07/oliver-stone-ukraine-revealed-and-ukraine-on-fire-full-videos/

    Documentaires tout spécialement dédiés à cet ignorant qui demandait des preuves et n’était même pas capable d’aller les chercher lui-même.

    • Reply Hélène Richard-Favre 7 mars 2022 at 20h25

      Merci de nous avoir indiqué le lien à ces deux documentaires, Daniel!

  • Reply alexander 7 mars 2022 at 21h55

    « Sans aucune censure, en Occident, les courants de pensée et les idées à la mode sont soigneusement séparés des autres. Rien n’est interdit mais ce qui n’est pas à la mode ne se retrouvera presque jamais dans les journaux ou les livres ou ne sera pas entendu dans les universités ».   Alexandre Soljenitsyne
    https://reseauinternational.net/censure-a-la-mode/?utm_source=rss&print=pdf

    • Reply Hélène Richard-Favre 7 mars 2022 at 22h06

      Merci de ce rappel et du lien à l’article, Alexander!

  • Reply Daniel 7 mars 2022 at 23h11

    Voici une autre analyse qui montre où nous en sommes après les réactions hystériques et haineuses des pays occidentaux, d’autant plus hystériques et haineuses qu’elles étaient marquées par le sceau de l’impuissance. Quand les pays occidentaux ont agressés des pays indépendants (Yougoslavie, Afghanistan, Irak, Libye, Syrie, Ukraine, Yémen) où ont été les manifestants pour dénoncer ces guerres? Et maintenant, les sanctions prises par des politiciens de pacotilles, incapables de la moindre analyse politique et géostratégique, se croyant toujours les plus forts… Jusqu’à quand va durer la comédie? Quand vont-ils se rendre compte que ceux qu’ils sanctionnent ce sont d’abord eux-mêmes, au plus grand plaisir des ricains dont le but et de détruire le continent européen comme en 1939 après avoir armé l’Allemagne nazie. Ils reprennent la même recette et ont armé l’Ukraine nazie. Et ce fut silence radio pendant 8 ans sur la guerre d’extermination menée contre le Donbass. Que des Russes se fassent tuer, quelle importance, n’est-ce pas (lire Guy Mettan sur la russophobie)? La moralité de l’occident est bonne pour les chiottes.

    L’analyse annoncée:
    https://smoothiex12.blogspot.com/2022/03/well-so-much-for-unity.html

    En lançant une guerre économique et médiatique, les dirigeants occidentaux ont prouvé leur incompétence et qu’ils ne sont pas souverains. Des nains politiquement.

  • Laisser un commentaire