Culture, Economie, Histoire, Politique, société, Voix

Mon amour de la Russie est ancré dans sa culture. Il n’excuse ni ne justifie rien. Mais il y a des faits. Et ces faits sont des réalités. Et ces réalités doivent être connues.

Quelques remarques encore sur ce qui se passe en Ukraine, que le pouvoir russe qualifie d’ « opération spéciale » et que les chancelleries occidentales et leurs médias, dans l’ensemble, considèrent comme guerre.

Dans l’entretien mené avec Jacques Baud, colonel d’Etat-Major et ancien du renseignement suisse, entretien qui a été publié hier sur ce blog, le recours aux termes d’ « opération spéciale » a été expliqué:

Il est indéniable que le sinistre spectacle dont les images nous sont renvoyées, de civils martyrisés est insoutenable.

Tout autant l’a-t-il été, ce sinistre spectacle, pour les civils martyrisés dans le Donbass huit ans durant. Combien d’entre eux n’ont-il tout perdu et combien de nos journalistes s’en sont-ils souciés, nous en avons déjà beaucoup parlé ici.

Mais l’insoutenable est tout autant l’instrumentalisation d’images dont usent et abusent tant de personnalités en vue.

Pour faire passer leur message. Pour faire passer leur credo. Pour convaincre que le bien est là et le mal ici. Pour rassembler derrière elles et galvaniser. Rien de tel ne m’anime.

Mon amour de la Russie, je l’ai écrit et réécrit, est ancré dans sa culture. Il n’excuse rien, ne justifie rien.

Comme nombre d’entre nous, je cherche à comprendre avant de juger, avant de me laisser entraîner par l’émotion qui aveugle et n’entretient que détestation et haine.

Il y a des faits. Et ces faits ont été énoncés dans leur chronologie par Jacques Baud.

Ces faits sont des réalités. Et ces réalités sont décrites et documentées. Les nier contribue à alimenter la dangereuse spirale de désinformation qu’entretiennent de manière éhontée et en dehors de toute éthique journalistique, tant de nos médias.

Et si jamais, question que je pose à qui aurait une réponse, j’aimerais qu’on m’explique la différence entre cette « opération militaire » lancée par l’Arabie Saoudite au Yemen et l’ « opération spéciale » lancée par la Russie en l’Ukraine.

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

4 Commentaires

  • Reply Robert Roudet 18 mars 2022 at 14h29

    Nos médias cherchent le sensationnel, le truc « accrocheur ». Or, un joli petit massacre que l’on peut imputer (à tort ou à raison, peu importe la réalité) à celui qu’on a déjà désigné depuis longtemps comme l’ennemi public N°1 (Poutine), est un bon sujet surtout lorsqu’il est agrémenté de quelques photos insoutenables. Le fait que l’un de nos grands manipulateurs de l’opinion soit BHL, dont la biographie absolument effarante se trouve tout bêtement sur Wikipédia, en dit long sur sur ce que valent nos médias.

    • Reply Daniel 18 mars 2022 at 21h22

      « Or, un joli petit massacre que l’on peut imputer (à tort ou à raison, peu importe la réalité) à celui qu’on a déjà désigné depuis longtemps comme l’ennemi public N°1 (Poutine), est un bon sujet surtout lorsqu’il est agrémenté de quelques photos insoutenables. »

      Et c’est exactement ce qui se passe aujourd’hui avec le mensonge du « bombardement du théâtre de Mariupol par les Russes », alors que des civils ont été amenés de force dans ce théâtre qui servait de quartier général aux nazis. Puis lorsqu’ils ont fuit, ils ont fait exploser le bâtiment.

      Voilà les descendants de Goebbels aux postes de commandes des journaux, radios et tv.

      Déjà la Stampa avait fait paraître en première page une photos du massacre de civils à Donetsk avec une légende affirmant que c’était la conséquence d’un bombardement russe à Kiev. Pure incitation à la haine des Russes.

  • Reply Daniel 19 mars 2022 at 13h58

    Je ne me lasse pas de regarder la communion des spectateurs avec les artistes:
    https://www.youtube.com/watch?v=Hl0myzExUaY&t=1363s

    Il y a un mot pour ça: DOUCHA.

    • Reply Hélène Richard-Favre 19 mars 2022 at 14h12

      Merci, Daniel!

    Laisser un commentaire