Voix

Navalny-Mandela aujourd’hui, Pussy Riot-Tolstoï, autrefois

Revenons à Navalny-Mandela, tant la convocation du second pour parler du premier a suscité de réactions pour qui connaît un peu la Russie et même celle que tant de journalistes aiment à attribuer à son président actuel comme pour  bien insister sur le fait que la Russie en tant que telle n’a vraiment rien à voir avec celle « de Poutine ».

Revenons donc à Nelson Navalny, pardon, voilà que, comme ce chroniqueur du Matin-Dimanche, je me trompe de prénom pour nommer le célèbre blogueur russe, Alexeï Navalny.  Revenons donc à cette évocation de la grande figure historique que fut Nelson Mandela dont le présentateur de l’émission de la RTS « Géopolitis » diffusée ce 21 février et relayée par TV5Monde a estimé qu’elle était de circonstance.

Non seulement elle ne l’est pas mais elle révèle la même aptitude à se fourvoyer dont a fait preuve le confrère de ce journaliste dans son éditorial du Temps, il y a plus de huit ans, lorsqu’il avait réussi l’exploit de mentionner Tolstoï en référence dans l’article qu’il consacrait au verdict du procès des Pussy Riot.

Et de s’en expliquer ainsi: « On a pu lire dans la presse libérale russe que l’Eglise s’apprêtait à commettre «sa plus grande erreur depuis 1901», lorsque Tolstoï avait été excommunié. » Parce que la « performance » des punkettes est présentée comme voulant « dénoncer la trop grande proximité entre Eglise et Etat en Russie ». De là à comparer la profondeur de l’oeuvre du grand écrivain aux prestations artistiques si elles en sont du groupe punk, il n’y aurait qu’un pas à franchir?

Pour rappel sur la stature des Pussy Riot et celle de Tolstoï, il suffit de se remémorer le groupe punk en pleine activité sexuelle collective dans la salle d’un Musée de Moscou. Partie fine si elle en est, on l’appelle aussi, en termes moins châtiés, partouze. A cet égard, j’avais, en son temps cité ici une interview du Président russe sur le sujet. Cela dit, lorsque j’avais été invitée à m’exprimer sur ce groupe à la RTS, j’avais été informée qu’il s’agissait là de « performances » esthétiques…

Des goûts et des couleurs, comme dit le proverbe…A l’évidence, je n’ai donc pas été capable de saisir la dimension artistique de ce groupe si, en revanche, la grandeur de l’oeuvre de Léon Tolstoï ne m’a, elle,  pas échappé. Autres temps, autres moeurs? Non, regrettable mélange de genres et dérive médiatique. Suissesse et Française d’origine, je suis profondément attachée aux valeurs de mes pays. Je constate, néanmoins, que celles qui président au choix des informations diffusées au grand public sont de plus en plus difficiles à défendre.

Car je ne vois plus « d’information » dans ce que livrent leurs grands médias quand ils ne cessent de réduire la Russie à celle « de Poutine », lui-même ramené aux éternels et mêmes poncifs sauf à les voir désormais remplacés par des portraits qui ne l’assimilent plus seulement à ceux de « dictateur » mais de « tyran ». Reprise à plus soif et en boucle, ce qui ose se prétendre « information » ne reflète que carence évidente de curiosité intellectuelle qui inviterait, elle, à de plus subtiles et fines observations et à moins de jugements aussi expéditifs que ceux qui sont rendus par autant de Procureurs auto-institués.

Et s’il fallait discerner une once de culture dans ces renvois à autant de grandes figures historiques pour traiter du sort d’un blogueur ou de punkettes aux prises avec la justice de leur pays, non, Messieurs Schaller et Perrin, ni Navalny ni les Pussy Riot n’ont la grandeur que vous souhaiteriez leur prêter. En citant, à la défense de leur cause, Nelson Mandela pour le premier, Léon Tolstoï pour les secondes, vous ne révélez que les intérêt d’une propagande que vos contributions répandent au mépris des règles de déontologie qu’exige votre profession.

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

1 commentaire

  • Reply Daniel 21 février 2021 at 22h47

    On voit la démarche: tenter d’élever au rang de figures qui ont marqué l’histoire mondiale politique ou littéraire des nains, que dis-je des cafards, sans aucun intérêt que de faire courir la russophobie de ces prétendus journalistes qui non seulement n’ont aucune culture de base, mais en plus prennent leurs lecteurs pour des crétins.

    Qualifier de performances esthétiques ce dont ont été coupables les Pussy Riots – si bien nommées, mais savent-ils ces prétendus journalistes que pussy signifie « sexe féminin »? – alors qu’il ne s’est agi que de pornographie publique, voilà qui démontre les valeurs défendues par ces prétendus journalistes.

    Pour soutenir leur russophobie, ils ont donc été condamnés à aller ruclonner des déchets dans les boues de la société russe, tellement il n’y a personne d’autre pour satisfaire leur besoin de haine de la Russie.

    Pas la peine de les insulter, ces prétendus journalistes, tellement ils se ridiculisent et se condamnent eux-mêmes en exposant ainsi leurs « valeurs ».

  • Laisser un commentaire