Economie, Histoire, Politique, Voix

Guerre en Ukraine, quelques questions à Dimitri de Kochko, journaliste

-Dimitri de Kochko, bonjour et merci d’avoir bien voulu répondre à mes questions. Vous êtes un fin connaisseur du monde russe, vous-même êtes issu d’une famille de Russes blancs comme on les appelle, pouvez-vous vous présenter en quelques mots?

Dimitri de Kochko: –Je suis journaliste et responsable associatif de plusieurs associations franco-russes et en faveur de la russophonie. Mes ancêtres sont effectivement venus de Russie après la guerre civile dans les années 20. Mais aujourd’hui je vois les événements d’Europe occidentale et tente de m’y retrouver avec l’expérience professionnelle du  journalisme et le respect de la déontologie journalistique avec un parti pris pour la défense de nos intérêts européens (bien européens pas européistes) qui sont continentaux et peuvent être différents d’intérêts trans-océaniques. C’est pourquoi, je pense que le rejet systèmatique de toute information sourcée de Russie ou donnant un point de vue alternatif au discours convenu est une atteinte au droit à l’information et aux possibilités de jugement du citoyen.  C’est pourquoi, nous avons créé un site et un compte Twitter stoprussophobie.info qui s’efforce avec de très faibles moyens de fournir une réinformation pour agir en faveur des intérêts européens.

-Vous me savez sensible au discours médiatique sur la Russie. Or, ce 21 février au soir, vous avez été l’invité de l’émission Brunet & Cie, diffusée sur LCI. Avant votre arrivée sur le plateau, bien des propos ont été tenus sur la décision prise par Vladimir Poutine de reconnaître l’indépendance des deux Républiques de Lugansk et de Donetsk, dans le Sud-Est de l’Ukraine. Entre autre, certains poncifs plus qu’éculés en lien avec l’ex-URSS dont on s’obstine à déclarer urbi et orbi que le Président russe en a la nostalgie et que son souhait consiste à la rétablir ou peu s’en faut. Vous l’avez heureusement souligné, c’est tout le contraire que Vladimir Poutine a démontré dans son discours du 21 février au soir.

Dimitri de Kochko: -En effet, il a parlé non sans malice d’aider le régime actuel de Kiev de finir de « décommuniser » l’Ukraine. Ce dernier a détruit toutes les statues de Lenine qui a pourtant rattaché à l’Ukraine les régions du Donbass qui sont entrées en rébellion après le coup d’état de février 2014 et que Moscou vient de reconnaître, compte tenu du refus de Kiev d’appliquer les accords de Minsk signés en 2014-2015 et validés par le Conseil de sécurité de l’ONU.

Le régime de Kiev semblait vouloir marquer l’anniversaire du coup d’état de 2014 et profiter des J.O de Pékin en lançant une opération de nettoyage ethnique contre les populations du Donbass sur le modèle de ce qu’avaient fait les Croates en 1995 contre les Serbes qui vivaient depuis des siècles dans la région dite de la Krajina. Poutine avait déjà annoncé depuis des mois que la Russie ne laisserait pas massacrer ou chasser des compatriotes russes.

C’est pourquoi la décision a été prise, devant l’imminence d’une attaque kievienne préparée par une intense propagande occidentale sur une pseudo offensive russe contre l’Ukraine et la fourniture massive d’armement, certes obsolète mais néanmoins létal et utilisable par les bandes armées peu contrôlables qui sévissent actuellement et dans l’avenir contre n’importe qui. C’est par exemple le cas des missiles portables Stingers.

C’est en partie une des raisons de l’opération militaire lancée le 24 février contre les objectifs militaires ukrainiens et sur la ligne de démarcation avec les 2 républiques rebelles à Kiev.

L’autre raison étant la volonté d’obtenir des réponses sérieuses de la part des USA aux demandes de sécurité en Europe et de neutralité de l’Ukraine.

-On se gargarise aussi du fait que la Russie a rompu les accords de Minsk alors que ces accords n’ont cessé d’être bafoués par Kiev qui ne les a donc jamais appliqués. Pouvez-vous nous en dire davantage à cet égard?

Dimitri de Kochko: -C’est le refus de Kiev et sans doute de ses tuteurs américains d’appliquer les accords de Minsk pendant 8 ans qui a conduit à la situation actuelle.

-On sait la plus grande partie du monde médiatique occidental ne pas se montrer à une exagération près. Comme celle de ce présentateur du téléjournal de la Radio Télévision Suisse qui a publié, sur Twitter, à propos de la décision russe de mobiliser l’armée pour se porter garante de la paix dans les Républiques de Lugansk et de Donetsk: « l’invasion a commencé ». On lit aussi et on entend mentionné le terme d’« annexion » des deux Républiques alors qu’il s’agit de reconnaître leur indépendance. Qu’en dites-vous?

Dimitri de Kochko: -L’opération lancée ce 24 février n’est pas une invasion ni une occupation. Poutine a employé le terme dans son discours. Les Russes ont neutralisé les bases aériennes et les dca et mené une contre attaque contre les forces extrémistes qui ont attaqué les républiques de Lougansk et Donetsk. A mon avis, les 2 républiques que la Russie vient de reconnaître vont se reconstituer car une partie de leur région était encore sous administration kiévienne. Selon les informations russes, les soldats de l’armée ukrainienne ne combattent pas. Les affrontements ont lieu avec les milices « ukronazies » et divers mercenaires.

-On vous a aussi demandé, toujours dans le cadre de cette émission du 21 février au soir sur LCI comment réagissait l’opinion russe au discours de son Président. Merci de nous en dire quelques mots.

Dimitri de Kochko: – D’après des sondages, la population russe comprend les raisons de la politique suivie par le Kremlin. En fait, les gens sont très peinés par la situation que subissent depuis 8 ans les Ukrainiens et surtout ceux du Donbass.

-Lutter contre tant de désinformation sur la Russie est un combat de titan. Vous le menez sur votre site Stoprussophobie, on vous invite à vous exprimer sur LCI, il semble que d’autres médias vous réservent moins bon accueil…

Dimitri de Kochko: -Dans l’ensemble, les médias mainstream ne laissent pas de place à la parole alternative. Merci à vous d’alimenter l’information et la réflexion citoyenne. C’est bien le moins pour une Genevoise.

Et puis, voilà ce qu’on peut ajouter. On ne peut que déplorer que les accords de Minsk n’aient pas pu être appliqués et que la sécurité européenne ne puisse s’établir en garantissant la sécurité d’un pays contre un autre.

Si on veut, on peut dire que de nouvelles extensions de l’OTAN vers l’est ne sont pas la meilleure façon de garantir la paix.

Et rappeler que comme j’ai condamné les violations du droit international par les Américains et l’OTAN contre la Yougoslavie, la Libye, l’Afghanistan, le Yemen, la Syrie, je ne peux que déplorer la violation du droit international , même pour défendre les habitants du Donbass contre une tentative de nettoyage ethnique.

Merci, Dimitri!

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

2 Commentaires

  • Reply Robert Roudet 24 février 2022 at 13h27

    Merci pour cet article qui m’apprend l’existence d’un site stoprussophobie que je ne connais pas, mais que je vais consulter tout de suite. Ne serait-il pas possible de fédérer tous ces sites éparpillés qui s’opposent à l’information officielle, politiquement correcte, ce qui implique parti pris anti russe jusqu’à la désinformation pure et simple? Ce serait une fort bonne chose si c’tait possible.

  • Reply Daniel 24 février 2022 at 16h46

    Ce matin j’avais envoyé mes félicitations à Dimitri et à vous-même, apparremment il y a eu un problème. Donc je renouvelle et j’ajoute ceci:

    https://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2022/02/24/ukraine-avertissement-aux-lecteurs-320397.html

    Apparemment selon les dernières informations, je me suis trompé: après avoir détruit la plupart des infrastructures militaires (de façon beaucoup plus large que je ne pensais – les choses ne sont pas faites à moitié), des troupes russes sont en action pour dénazifier le pays et traduire les criminels de guerre devant la justice. Je ne peux que me réjouir. J’ai de la famille en Ukraine et je sais qu’ils ne risquent rien de la par de l’armée russe. Des ordres ont été donnés pour accueillir fraternellement ceux qui refusent de se battre. Restent les ukronazis.

    La cia a traité Poutine de couard. La couardise n’est pas là où on le dit.

  • Laisser un commentaire