Politique, société

Alep, Nice, la vie ordinaire brisée

La polémique* qui sévit en France entre une policière et le Ministre de l’Intérieur est vite devenue politicienne.
Rien d’étonnant à cela quand on sait le mépris de tant de vies détruites un peu partout dans le monde.
Au nom de la démocratie, la droite sarkozyste n’a-t-elle pas attaqué la Libye?
Au nom de la démocratie, la gauche hollandienne ne lui a-t-elle pas emboîté le pas en Syrie?
Pour quel résultat?
Mourir à Nice, à Alep ou à Ansbach**, c’est avoir perdu sa vie pour des politiques.
Choisies ou non par les victimes, elles ont réglé leur sort.
Ni la France, ni l’Allemagne ne sont en guerre mais leurs citoyens ne sont plus épargnés par les orientations de leurs gouvernements.
 
* http://www.bfmtv.com/societe/nice-la-policiere-qui-accuse-cazeneuve-serait-une-proche-d-estrosi-1018946.html?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#link_time=1469427058 
 
** http://www.20minutes.fr/monde/1897963-20160725-allemagne-refugie-syrien-fait-exploser-devant-restaurant-12-blesses
 
Sujet paru en page 18 de l’édition papier de La Tribune de Genève du 27 juillet 2016 sous le titre: Nice, Alep, Ansbach…

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

Sans commentaires

Laisser un commentaire