Culture, Economie, Histoire, Politique, société, Voix

Guerre en Ukraine, communiqué 2

Sur un autre réseau social, peut-être moins connu, une remarque m’a été adressée par une personne que je porte en estime. Cette personne a commenté mon communiqué d’hier en rappelant que les maux dont je me plaindrais n’étaient rien face à ceux endurés par les Ukrainiens.

D’abord, lui ai-je répondu, mon propos ne relevait pas de la plainte mais du constat.

Confondre l’énonciation de faits avec des doléances relève d’une lecture biaisée. Alors pour rappel, depuis que j’écris sur la Russie, à savoir depuis 2012, mon seul but a été d’apporter un éclairage autre que celui largement diffusé par nos médias dits mainstream.

Par  mes études de linguistique d’une part, de russe d’autre part, j’ai réagi aux discours tenus par tant de journalistes le plus souvent ignorants de l’Histoire et de la culture russe mais toujours prompts à jeter l’anathème à toute personne refusant de diaboliser un pays, certes aimé mais pas de manière aussi aveugle et débile que celle qui m’a très souvent été prêtée.

La Russie, je l’ai connue du temps soviétique comme étudiante. Puis, comme écrivain, j’ai découvert la Fédération de Russie parce que mes recueils de nouvelles ont été traduits en russe et publiés en édition bilingue russe-français. Femme de Lettres, je ne suis ni journaliste et encore moins politicienne ou militante inféodée à quelque instance que ce soit.

Il se trouve que je compte de nombreux amis qui ne partagent pas la politique menée par le Président russe.

Il se trouve que je discute avec des Ukrainiens, des Finlandais, des Polonais, des Géorgiens -pour ne citer que ces nationalités- car pas particulièrement enclines à apprécier la Russie et c’est leur droit le plus strict. De ces personnes, j’apprends, de ces personnes, je respecte le point de vue.

Mais quand je découvre cette foule qui scande sa haine d’un pays dont elle n’a le plus souvent jamais foulé le sol, d’une culture dont elle n’a que peu connaissance, d’une Histoire qu’elle connaît de manière souvent partiale sinon partielle, de courants de force politiques et idéologiques qui exercent une pression telle que, pour ne citer que ce cas récent, un documentaire réalisé dans le Donbass en 2015 vient de subir une forme de censure, je réagis.

Et je réitère ma question à tant de ces soudain érudits, veulent-ils un jour ouvrir les yeux ou les garder fermés sur les crimes contre l’humanité jamais dénoncés et commis à Odessa le 2 mai 2014, dans le Donbass depuis 8 ans, dans le Donbass encore ces derniers jours tandis que deux femmes ont été coupées en deux?

Et merci de ne plus venir me dire que je justifie quelque guerre que ce soit.

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

3 Commentaires

  • Reply Daniel 4 mars 2022 at 12h26

    A consommer sans modération:

    https://youtu.be/oQVdUmKsMfM

    Avec les « journalistes » comme chiens de garde. Tiens surprise, il y a eu un coup d’Etat en 2014.

  • Reply Robert Roudet 4 mars 2022 at 14h16

    On vient de m’indiquer un article comprenant quelques éléments d’information intéressants, et mettant bien au jour le cynisme de la politique occidentale; le lien est le suivant:
    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/ukraine-les-democraties-corrompues-239809
    Il y a bien sûr une bonne partie de l’article qui est connue de toute personne s’intéressant à l’Ukraine et la Russie

  • Laisser un commentaire